GUFFETSCH EP04: "Petit Meurtre aux Bains des Pâquis"

3D printed white plastic, 17 x 17 x 28.5 cm
Book, 11 x 16.5 cm, 82 pages
Collaboration with Ingrid Rousseau

The fourth episode of Guffetsch is an interpretation of several short novels, selected from the writing contest Petit Meurtre aux Bains des Pâquis (from french, Little Murder at Bains des Pâquis). For the launching of the book, a temporary library is imagined as an extension of the diving platforms at the iconic Bains des Pâquis in Geneva, Switzerland

17 x 17 x 28.5 cm
3d printed white plastic
manufactured in the Netherlands

11 x 16.5 cm, 82 pages
Type credits: Jung-Lee
Type Foundry

***

PREFACE

Ne prenez pas le présent ouvrage pour un recueil de nouvelles policières. Il s’agit d’un jeu littéraire. Un jeu avec les mots et avec la mort. Une partie de cluedo qui se déroule 11 fois à Genève, avec 11 issues différentes, et autant de regards portés sur ces lieux que vous connaissez. La rade. Le plongeoir. Le toboggan. La rue de l’Ecole de Médecine. Ces lieux de la ville que l’on veut apprivoisés, les auteurs et autrices les ont fait parler, ou plutôt les ont animés d’un regard de l’intérieur. Imaginant les mystères de la ville au bord du lac, ils les ont enrobés de leurs pensées. Les lieux habitent leurs textes, passagers éternels qui côtoient de haut ses habitants éphémères.

Lisez donc ce recueil en détective, en bon joueur, en amateur de mystères familiers. Les histoires risquent de vous surprendre, mais puisque personne n’aime être totalement surpris, nous avons pensé à vous, chers lecteurs. Vous trouverez dans les textes des objets familiers, que le regard particulier de l’auteur tâche de réinventer à foison. Pour donner de nouveaux sens aux expressions courantes, pour vous éviter l’ennui, pour immiscer l’extraordinaire dans la routine. Et puis, surtout, pour brouiller les pistes et donner du piquant au jeu. A vous de les trouver.

Les règles du jeu
Comme tout jeu respectable, Les “Petits meurtres aux bains des Pâquis” requiert un minimum de discipline, des règles de jeu explicites. Conduisez votre enquête littéraire méthodiquement. Avant de connaître le motif du crime, empressez-vous de récolter des clefs sur ses modalités :

Quelle est l’arme du crime?
Un couteau
Un regard
Des galets

Où est-ce que le crime a eu lieu?
Sur la rade
Sous les vagues
Dans la Genève d’autrefois

Ce n’est qu’ensuite que vous pourrez enfin émettre des hypothèses, en bon philosophe ou en flic, à vous d’apprécier:

Qui a commis le meurtre?
L’amoureuse névrotique
L’homme à la casquette blanche
La fillette cruellement innocente

Pourquoi a-t-il ou elle tué?
Par ennui
Par folie
Par amour ou par envie

Quelques pistes
“Ton réveil sonne. Il est cinq heures.”

Quoiqu’il arrive, sache que le réveil d’une Genevoise coupable va sonner à 5 heures. C’est elle qui le dit, rien ne perturbe l’ennui et la routine. Plus que l’éternel sommeil, l’éternel retour serait-il la philosophie de vie de nos petits meurtriers du Pâquis? Le regard porté par les textes sur ces lieux s’échappe de l’idée d’un espace-temps linéaire et pense en boucle. Le réveil qui sonne tous les matin, le chat qui doit encore manger. La journée qui doit encore se passer, dans un ennui existentiel brisé que ça et là par des petites morts. Un amour mort-né le 2 janvier, voué à se répéter sans fin dans l’esprit malsain d’une amoureuse. Les vagues qui s’écrasent et qui ressuscitent. Au fur et à mesure, l’hypothèse se renforce, mais la boucle n’est jamais bouclée. Les objets et les lieux familiers se répètent 11 fois sans jamais se répéter. Ils pourraient sans doute se répéter à l’infini.

“L’assassin revient toujours sur les lieux de son crime”

Tel l’assassin qui revient toujours sur les lieux de son crime, reviens aussi sur les lieux cités en lisant ces nouvelles. Questionne-les. Demande-leur de l’inspiration. Donne leur peut-être des offrandes. Citadin averti, n’essaie pas de reconquérir ces lieux devenus étranges. Vois donc ces vas-et-viens quotidiens se transformer, comme pour l’assassin, en pèlerinages incongrus pour les nageurs, les touristes estivaux, les vieux de la vieille. Le lieu marqué x est un lieu de pèlerinage. Les crimes-hommages commis aux Petits bains, une consécration qui leur permettrait d’accéder au titre de Lieu de culte.

“Elle me voit. Elle me regarde. Enfin…”

Tourne ton regard vers ceux portés par les personnages et le narrateur. Ils se portent parfois vers toi. Te tutoient même, ne t’en inquiètes-tu pas? Ils auscultent les autres, la ville, ses habitants. Ce regard voyeur qui traverse les textes s’ausculte aussi lui-même. Il se demande s’il est fatigué, s’il est aimé, s’il a bonne mine, suggérant les moments les plus intimes, ce qui te force à être dans la position du voyeur mais te punit aussi de ton voyeurisme en ne te disant pas davantage. Omniprésent, il se hisse sur le phare de Genève ne devient plus un émetteur d’information mais une tour de contrôle.

Preface by Aya Iskandarani /  Collaboration with Ingrid Rousseau and Association des Bains des Pâquis